L’homme qui plantait des arbres, de Jean Giono.

Titre initial, en anglais : The man who planted hope and grew happiness

Extrait vidéo de 3 mn. Août 2022. Les images de cette vidéo ne figurent pas dans le spectacle
Guy Dieppedalle – Elisabeth Faverjon – L’homme qui plantait des arbres – Photo Jean-Luc Robert, 2022

Une fable

Une émouvante fable écologique, pacifiste et humaniste, qui prouve que le don de soi est un formidable moyen d’être heureux.

L’histoire en résumé

Celle d’une rencontre. Entre un randonneur et un berger. Sur les hauts plateaux de Provence. Le berger, Elzéard Bouffier, vit chichement. Une trentaine de moutons. Région balayée par les vents. Désertique. Rares villages de misère. Galère humaine. Elzéard se fixe une mission. Redonner vie. Redonner espoir. Il plante des graines. Deviennent arbres. Il n’attend rien. En l’espace de deux guerres, les arbres poussent. Les racines retiennent l’eau. Des habitants s’y installent. La vie reprend le visage du plaisir. Pour ce berger : un simple don de soi. Main tendue à l’autre. Geste d’amour. Comme l’arbre, par ses bourgeons, offre ses feuilles à l’humanité.

Lecture et accordéon

Nous présentons ce texte sous forme de lecture à voix haute, accompagnée d’un accordéon

Lecture. Conteur et comédien Guy Dieppedalle
A l’accordéon  Elisabeth Faverjon
Mise en scène et Lumières Jean-Luc Robert
Durée 40 mn.

Public familial dès 9 ans

Education

Texte recommandé par le Ministère de l’Education Nationale pour le cycle 3 (CM1-CM2).

Spectacle qui se prête aux espaces intimistes

Nous présentons ce spectacle en salle habituelle. Mais également en médiathèque, centre social, librairie, locaux associatifs, petites salles, Théâtre à domicile. En intérieur mais également en extérieur : au milieu d’un parc, sous un arbre, en déambulation sous le chapiteau des étoiles ou à l’ombre d’un bosquet…

Nous apprécions d’aller à la rencontre de publics qui ont peu accès au théâtre. Et en des villages éloignés des lieux de la culture. 21 % des français vont au théâtre. (Source Enquête Ministère de la Culture 2018).

L’auteur Jean Giono

1895 – 1970. Manosque (04).

Giono est un artisan de l’écriture qui sculpte ses phrases et peint ses mots comme un poète. Un grand écrivain, un amoureux de la nature, un observateur de l’humain, qui reste en marge de tous les courants littéraires de son temps.

Texte paru aux USA. Traduit en 40 langues dans le monde

« L’homme qui plantait des arbres » est paru la première fois aux USA en 1954. Dans le magazine Vogue. Sous le titre : « The man who planted hope and grew happiness ». Succès aux USA, puis en Europe. Parution en France en 1973 sous le titre français que nous connaissons. Traduit aujourd’hui, dans le monde, en 40 langues.

Centre Giono à Manosque (04)

Editions Gallimard-Jeunesse

La presse locale

« L’homme qui plantait des arbres : La grandeur de l’homme simple ». In Le Dauphiné libéré, Août 2021

La presse internationale

Cette œuvre de Giono a été écrite en 1953 puis publiée pour la première fois, en langue anglaise, aux USA en 1954. Dans Vogue. The man who planted hope and grew happiness. Puis traduite en 40 langues dont le français en 1973. Voir l’histoire.

Notre dossier pour la presse et les organisateurs

Résumé, présentation du spectacle, de l’équipe…

Dossier d’Informations

Déplacements en Rhône-Alpes

Nous nous déplaçons sur l’ancien territoire Rhône-Alpes. Exceptionnellement, notre tournée peut couvrir la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour des raisons écologiques et économiques, nous n’allons pas plus loin.

Le budget : 250 € + frais de déplacements

Nous demandons une participation de 250 € Tout compris. Qui nous est indispensable pour couvrir nos charges fixes : Mise en scène, technique, taxes, droits d’autrices et d’auteurs, assurance… A cela il faut ajouter le déplacement avec une voiture de tourisme, à partir d’Aix-les-Bains, Savoie.

Autofinancement à 100 %

En tant qu’amateurs nous ne percevons aucune rémunération.
Notre association ne reçoit aucune subvention. Nous nous autofinançons à 100 %.

Convention

Nos démarches en vue d’une représentation se concluent par la rédaction d’une convention entre l’organisateur de la représentation et notre compagnie. Ainsi, le contrat est clair entre nous. Voir notre Convention au format PDF

Un équipement technique démontable

En dehors des salles de spectacles équipées techniquement, nous apportons le matériel démontable. Sur pieds.
. Eclairage
. Sonorisation
. Rideau fond de scène

Notre besoin : un espace scénique de 3 m x 2 m. Nous nous adaptons à l’espace intérieur ou extérieur proposé.

A savoir

° Spectacle créé en juillet 2021
° Coproduction
Compagnie Arcada (Chambéry, Savoie) et Croq Sésame Compagnie (Aix-les-Bains, Savoie). Voir le détail à la fin de cette page.

Pourquoi j’aime lire Giono.

Billet d’humeur de Guy Dieppedalle

Centre Jean Giono Manosque

Nous remercions le Centre Jean Giono de Manosque de nous avoir fourni une riche documentation sur cet auteur.

Tournée

  • Tournée 2021
    . Sur le Mont Lozère. Pour le départ à la retraite d’un berger.
    . Au café associatif Le Passage à Chambéry
  • Tournée 2022
    . Médiathèque Valgelon-La Rochette (73).
    Dans le cadre de la Nuit de la lecture. Janvier 2022
    . Sélections du festival de théâtre d’Armoy (74). Février 2022 et Festival d’Annecy (Sur un plateau) 17 sept. 2022 à 14h30
    . Théâtre à domicile, en plein air et festivals (Automne 2022)
L’homme qui plantait des arbres – Aquarelle Brigitte Boyer – PhotoGuyDieppedalle

Contact : croqsesame@posteo.net

Note de mise en scène et mise en voix

La lecture de ce texte simple, dépouillé, entre immédiatement en résonance avec notre passion contemporaine pour la fraternité, l’écologie, la protection de la nature, la ruralité avec les valeurs qui lui sont attachées : le travail, l’opiniâtreté, la patience, l’humilité.

La langue ancrée dans la nature

Mais on passerait à côté de ce texte, si l’on ne s’intéressait pas à langue elle-même Cette langue appelle des images fortes comme la sécheresse des paysages de Provence, la brutalité de la nature, la misère sacrificielle des populations vivant dans ces villages, la fécondation de la terre par le berger, la renaissance de la campagne après la grande boucherie de 14-18, l’eau, l’eau et encore l’eau et les retrouvailles avec la vie qu’elle amène… L’enjeu de la mise en scène de ce texte est de tenter de faire entendre cette langue très imagée, ancrée dans la nature et de l’incarner. Il s’agit bien de transmettre une pensée, construite à hauteur d’homme, avec les briques des mots, et animée par le souffle. S’attacher au rythme, à la saveur de la langue, à l’énergie d’avancer dans le texte, à la ponctuation étayée par les silences habités.

La musique rend le silence explicite (Josean Artze)

Le magnifique morceau de Rémi Geffroy «Comme une fin d’été», pépite dénichée par Guy, nous ouvre justement à cet espace de recueillement, animé par le souffle de l’accordéon, et propice à entendre l’humanité du texte de Giono.

La douceur, la force, la fluidité de ces séquences musicales, tissées avec une indicible beauté par l’accordéon, reviennent par vagues insistantes, jusqu’à la vivacité de la valse finale, pour terminer dans la grâce de l’apaisement, comme la simplicité d’une rencontre amoureuse, entre le texte de Giono et la musique de Rémi Geffroy.

Jean-Luc Robert
Metteur en scène

Documentation complète

. Page complète sur le spectacle
. Sources d’informations : Centre Jean Giono, Manosque, Alpes-de-Haute-Provence.
. Convention. Proposée aux organisateurs de spectacles
. Fiche pédagogique sur le film réalisé par Frédéric Back. Académie de Versailles
. Film d’animation de Frédéric Back, dit par Philippe Noiret. Radio Canada
. Spectacle adapté au Théâtre à domicile. Théâtre en appartement

Arbres amoureux. Arbres en couples. Images.

Coproduction

Les Compagnies savoyardes Arcada (Chambéry) et Croq Sésame (Aix-les-Bains) coproduisent ce spectacle.
Elles ont tissé un lien de partenariat et d’échanges de services. Elles mutualisent leurs outils, comme le site web. Et privilégient les économies d’énergie (Pub électronique, déplacements limités, décors recyclables)

Arcada. Qui sommes-nous ?

Fondée début 2016 par Fabienne Humbert et Jean-Luc Robert
La compagnie Arcada se donne pour objectifs :
° Création de spectacles du répertoire contemporain
° Lectures théâtralisées
° Formation de comédiens
° Promotion vers publics peu concernés par le fait théâtral
° Mutualisation des ressources avec d’autres compagnies
° Participation à la vie culturelle locale
° Développement du Théâtre à domicile
° Arcada, membre de la FNCTA (Fédération nationale de théâtre amateur)

Croq Sésame. Qui sommes-nous ?

Fondée en novembre 2015. Elle a pour objectifs :
° Le sens. Donner un sens à nos spectacles. Réflexions. Débats…
° L’ouverture artistique. Pluridisciplinarité : Théâtre, musique, chansons…
° Un large partage avec le public. Dont le jeune public et le public dit empêché
° Une recherche de l’exigence de qualité
° Une mutualisation de nos moyens humains et techniques
° Un respect de la nature. Transports limités. Décors recyclables.
° Une mise en liens avec d’autres partenaires sur notre site web. Actualité artistique.
° Travailler au sein d’une fédération nationale. Croq Sésame Cie est membre de la FNCTA

Elisabeth Faverjon – Photo Jean-Luc Robert 2021
L’homme qui plantait des arbres. Accordéon – Photo Guy Dieppedalle 2020

Croq Sésame Cie sur facebook

36 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s