Publié dans Actualités, Billets d'humeur

Billet d’humeur. Thérèse de Lisieux. Auteure de théâtre et comédienne

Billet d’humeur

Elle se nomme Thérèse Martin. Nait à Alençon (Calvados) en 1873.
Meurt en septembre 1897.
Elle se fait religieuse à l’âge de 15 ans. Au Carmel de Lisieux (Calvados).
Elle a pris le nom religieux de Thérèse de l’enfant Jésus et de la sainte face.

Auteure de huit pièces de théâtre à 24 ans

L’originalité qui m’a séduit chez cette personne :
Elle est femme. Jeune. Belle. Très belle. Hypersensible. Passionnée. Elle a gardé une âme d’enfant. Et une réflexion d’adulte.
Religieuse à 15 ans. Ecrivaine à 18 ans. Elle décède à l’âge de 24 ans.
Auteure de théâtre et comédienne dès l’âge de 21 ans. A son répertoire : 8 pièces de théâtre. Ecrites en trois ans. Dont l’interprétation, comme comédienne, d’une Jeanne d’Arc.
Toute sa production artistique se réalise à l’intérieur de son couvent. Avec la participation de ses collègues Soeurs.

Thérèse de Lisieux interprète Jeanne-d’Arc au Carmel de Lisieux, en 1894

L’univers religieux et ses questions sur la vie, la mort, l’amour

Ses textes dramatiques se déroulent dans l’univers ecclésiastique de l’époque. Avec le langage de son temps. Son style semble un peu puéril au premier abord. Elle dialogue directement avec Dieu dans certains écrits. Ou bien des questions philosophiques et théologiques sont présentes à travers les personnages de ses pièces (Saint Stanislas).
Certains textes sont écrits en vers (Jésus à Béthanie).

Ses thèmes favoris : Dieu. La mort. L’amour. L’humilité. L’écoute. Le pardon. La prière.

Thérèse utilise le langage théâtral pour écrire, illustrer et interpréter elle-même, la quête spirituelle de son âme d’enfant. Qui tente de se rapprocher de la vie de Jésus. De ressembler à lui. Peut-être ses écrits sont-ils des prières.

Privilégions l’Amour. Quant à la mort, ce n’est pas une finalité

Deux des messages qui ressortent de ses textes théâtraux m’ont interpellé. Et que je tente de résumer ici :

° L’amour
Arrêtons de montrer un Dieu vengeur qui punit. Arrêtons de vouloir punir, nous aussi. Privilégions l’écoute, le pardon et l’amour au sens large et avec un grand A.
Ce qui constitue un tournant dans la pensée de l’Eglise.

° L’espoir
La mort n’est pas une finalité. Mais un simple passage d’une vie à l’autre. Il existe un lien entre les morts et les vivants.

Thérèse de Lisieux, en civil
Thérèse de Lisieux

Son oeuvre théâtrale. Huit pièces écrites en trois ans

  1. La mission de Jeanne d’Arc. Janvier 1894
  2. Les anges à la crèche de Jésus. Décembre 1894
  3. Jeanne d’Arc accomplissant sa mission. Janvier 1895.
  4. Jésus à Béthanie. Juillet 1895.
  5. Le divin petit mendiant de Noël demandant l’aumône aux carmélites. Décembre 1895.
  6. La fuite en Egypte. Janvier 1896.
  7. Le triomphe de l’humilité. Juin 1896.
  8. Saint Stanislas Kostka. Février 1897.

Extrait de l’une de ses phrases
« Devant Dieu, le pâtre est l’égal du roi.
La vraie grandeur est dans la vertu et non dans la noblesse de l’origine ».
In Saint Stanislas kostka.

Guy Dieppedalle, architecte de mots éphémères

Documentation complémentaire

Carmel de Lisieux + d’infos

Thérèse de Lisieux et Céline, dans Jeanne d'Arc 1894
Thérèse de Lisieux et Céline dans Jeanne-d’Arc 1894