Théâtre amateur. Parlons budget et mutualisation

Billet d’humeur

Sujet complexe. Délicat. Vaste. Mais qu’importe. Nous souhaitons, par cette information, qui ne prétend pas être exhaustive, vous faire un peu mieux connaître le fonctionnement interne, sous l’angle financier, d’une compagnie de théâtre amateur de taille moyenne.
En effet, il existe plusieurs visages du théâtre amateur. Et comme tous les visages, les fonctionnements budgétaires ne se ressemblent pas. Le budget sera différent s’il s’agit d’une petite association à 3 ou 4 comédiens, un technicien et quelques bénévoles ou si l’on observe le budget d’une association qui compte 30 comédiens et techniciens.

Si les budgets sont différents, l’objectif est identique. Vivre sa passion. Le théâtre, en amateur. Mais cela peut coûter cher.

Observons une compagnie de taille moyenne

Nous allons prendre, ici, l’exemple d’une troupe qui produit une pièce de théâtre par an, en moyenne, et qui utilise le réseau du théâtre amateur pour la diffusion de sa pièce, plusieurs fois dans l’année : Festivals, rencontres de comédiens, programmation en salles… Ce type de projet génère parfois des coûts importants de production, de fonctionnement et de diffusion si la compagnie veut aller au-delà de ses représentations locales habituelles.

Les frais d’une compagnie de théâtre amateur de taille moyenne

Frais de production

Dépenses destinées à créer une nouvelle pièce de théâtre.
La troupe doit, en principe, amortir ces frais à l’occasion de chaque représentation.

° Loyer de la salle de répétitions
Même si la salle est mise à disposition par une municipalité, elle coûte au contribuable de cette collectivité et l’association doit le mentionner dans ses comptes ( Recette : Subvention – Dépense : Loyer)

° Metteur en scène professionnel
Coût important si la troupe est accompagnée d’un professionnel. Sa rémunération varie en fonction de son type d’intervention et de l’importance du nombre de comédiens sur scène.

° Décors, costumes.
Là aussi, cette dépense peut grandement varier en fonction de la pièce.
Si la compagnie est sensible à la protection de l’environnement et à la limitation des dépenses de déplacements, elle peut réaliser des décors démontables, adaptés à la taille d’un véhicule léger. Construits au moyen de matériaux recyclables. Qui serviront de décors à une autre pièce.

° Technique
Projecteurs, matériel son, rideaux de fond de scène… Coût à amortir sur plusieurs représentations. A cela peut s’ajouter la participation financière de la troupe à la formation du technicien Lumières.

° Formation
Certaines compagnies participent au coût de formation des comédiens, comédiennes, techniciennes et techniciens et autres bénévoles. Formation proposées par des professionnels ou par des institutions comme la Fncta. Elles sont variées : Le jeu d’acteur, le clown de théâtre, la voix, l’écriture théâtrale, le texte, le corps sur scène, l’improvisation, la technique Lumière, etc… Un week-end de formation par personne s’élève à environ 60 €.

° Communication permanente
. Gestion directe d’un site internet et de pages sur les réseaux sociaux.
Bénévole : 10 heures de travail /mois. Estimées à 30 € de l’heure. Soit une dépense mensuelle de 300 €.
Il est intéressant de chiffrer le bénévolat et de le faire apparaître dans les comptes.
. Coût d’abonnement à un blog + nom de domaine ….. 68 € / an (Worpress)
. Gestion d’une photothèque. Prise régulière d’images fixes et d’images vidéo sur la vie de la compagnie.

° Administration
Téléphone, courriers.
Déplacements aux réunions et répétitions.
Assurance. Environ 120 € par an
Adhésion à la FNCTA … 106 € pour la troupe et ses 3 premiers licenciés. 12 € par licencié adulte. (Tarif 2020).

° Stockage du matériel
Location d’un local ou mise à disposition. Indispensable pour stocker les costumes, les décors et accessoires.

Festival Shakespeare. Tournon, Ardèche.

Frais de diffusion

Les répétitions sont terminées. Les costumes et décors achevés. La pub et les contacts réalisés. La pièce est prête à être présentée au public.
C’est la diffusion.
Les frais de diffusion varient à chaque représentation, en fonction de la pièce retenue (nombre de comédiens, matériel, décors) et la distance à parcourir pour se rendre sur les lieux de l’évènement.

° Location de la salle de spectacle
Si la représentation s’inscrit dans une programmation locale, la troupe est invitée et la salle est offerte. Les droits d’auteurs sont pris en charge par l’organisateur. Si la troupe cherche et trouve elle-même une salle, le coût de location d’une salle varie d’une commune à l’autre.
De 100 € à 500 € environ la journée + soirée. Salle équipée théâtre avec Grill (Lumières).
La sélection à un festival de théâtre amateur permet d’éviter ce type de dépense.

° Communication
. Création d’une Photothèque ou d’une vidéo sur ce spectacle. L’intervention d’un professionnel de l’image peut varier de 150 € pour le reportage d’un photographe à 400 € pour un vidéaste. Environ.
. Affiches et marque-pages…… environ 80 €
Là aussi, certaines compagnies, sensibles à la protection de la nature, évitent d’utiliser les supports d’informations en papier. Et privilégient les contacts humains et le web.

° Déplacements
Variables en fonction des lieux de représentations. Notons :
. Location d’un véhicule sur 48 heures………… environ 100 €
A cela il faut ajouter le Carburant + Péages.
. Nourriture lors de certains déplacements.
Certains festivals remboursent les frais de déplacements et offrent hébergement et repas ou y participent.

° Droits d’auteurs
Droits d’auteurs SACD, SACEM, Urssaf de l’auteur………… entre 90 € et 200 €.

Bernard Faure (Rouge banane Théâtre) crée la marionnette Yan pour Croq Sésame Théâtre

La mutualisation, stratégie de diminution des coûts

Les coûts de production et de diffusion sont tels, aujourd’hui pour une troupe d’amateurs de taille moyenne, qu’il nous semble intéressant de s’orienter vers une autre stratégie. Autrefois il était possible de compter sur la subvention d’une collectivité territoriale, sous une forme financière. Certaines collectivités soutiennent encore le théâtre amateur. Mais sous forme de subventions indirectes : Prêt d’une salle de répétitions ou de représentations. Prêt de matériel.

Une autre piste se développe aujourd’hui. Une stratégie à la fois économique et humaine : la Mutualisation. L’échange de services. Le partenariat.
Pour vous donner un exemple : La compagnie Croq Sésame d’Aix-les-Bains (Savoie) assure la gestion du site web de la compagnie Rouge banane Théâtre St Egrève (Isère) qui n’a pas les moyens humains et techniques de s’en occuper. En contrepartie, Rouge banane Théâtre assure la réalisation des décors démontables et marionnettes de Croq Sésame ainsi que le soutien technique (Lumières) de certains de ses spectacles.

Sur le pan économique, l’avantage est indéniable. Les coûts évités sont importants.
Sur le plan relationnel, le travail collectif entre compagnies apporte une grande richesse humaine et multiplie les synergies. Le développement humain n’est-il pas l’une des valeurs, l’un des sens donné au théâtre d’amateurs ?

Guy Dieppedalle
architecte de mots éphémères
Président de Cie de théâtre

Documentation complémentaire

° La dérive économique de certains festivals de théâtre amateur. + d’infos
° Théâtre à domicile. Economisez les déplacements. C’est le théâtre qui vient chez vous. + d’infos
° Une boite de messagerie sûre et sans pub : posteo.net + d’infos

3 réflexions au sujet de « Théâtre amateur. Parlons budget et mutualisation »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s