Publié dans Actualités, Humour, Rouge banane, Spectacle à domicile, Spectacles 2019

Zeste d’humour. Un spectacle de Jean-Michel Ribes qui revient à l’affiche en 2019. En partenariat avec Rouge banane Théâtre.

Rouge banane et Croq Sésame remettent à l’affiche un spectacle apprécié du public.

Zeste d’humour. Ce sont quelques portraits d’hommes. Vus par une femme.

Une femme nous présente les amants qui ont accompagné sa vie. Tous très particuliers. Portraits majoritairement picorés dans le répertoire humoristique de Jean-Michel Ribes.
Un texte du répertoire de Guy Dieppedalle, qui s’est inspiré du texte Le fin diseur de Pierre Repp. Et un texte de Karl Valentin. Des auteurs qui se rejoignent, ici, pour honorer l’humour froid, un peu grinçant. Drôle au premier abord.
On peut rire et en rester là. Un simple bon moment à passer.
Le rire permet de s’échapper du quotidien. Sans réfléchir.
Au second degré, si l’on tente de lever le voile humoristique, le texte égratigne. Il dépeint l’homme d’aujourd’hui, le mari, le compagnon. L’autre. Et l’être humain à travers lui. Et c’est ce qui nous intéresse. Les textes sélectionnés, ici, montrent l’absurdité de certains travers humains d’aujourd’hui.

Et questionnent aussi, au second degré, sur la place de la femme dans un couple et les relations Femme – Homme, en général.

Reflets profonds de nos relations humaines, comme une image fragile dansant à la surface d’un lac. Ou simple zeste d’humour posé sur le bord de votre verre d’eau pétillante. Un soir de printemps. A déguster sans modération. Le temps d’une soirée Théâtre. Juste le  temps d’en rire.

Sélections

° Festival de théâtre en appartement de La Roche sur Foron – 2016
° Festival international La Tour-en-Scène (Suisse) – 2015
° Festival L’humour en poche. Villers-les-Nancy,  – Mars 2015
° Festival « Sur un plateau ». Annecy  – 2014
° Festival de La Faïencerie, La Tronche – 2013.  Isère
° Festival Envies de scènes. Albertville – 2012. Savoie
° Festival de théâtre d’Armoy – 2009 Haute Savoie

Technique

Mise en scène   Mireille Roux-Faure
Distribution       Mireille Roux-Faure et Guy Dieppedalle.
Technique          Bernard Faure (Lumières et musique).
Durée                60 mn.
Tout public       à partir de 10 ans
Création           2007

Presse

« Un délicieux moment de plaisir. Celui de rire »   Le Dauphiné libéré.
« Les hommes en prennent pour leur grade. Mais c’en est drôle de vérité »  Le Progrès

En Images

Festival Envies de scènes d’Albertville. Impossible communication. Photos Zeizig-mascarille.com

Photo J-P Yung

Les textes

– LA  LETTRE D’AMOUR,   de Karl Valentin.
Prologue

– Le PROFESSEUR de DICTION
de Guy Dieppedalle.
Texte  nommé aussi « Le Corbeau et le renard ». Un homme essaie de corriger sa mauvaise diction lorsqu’il se trouve face à un auditoire.
Et tente de réciter « Le corbeau et le renard ». (Bafouillages).

– LE DISCOBOLE
de Jean-Michel Ribes
Extrait de Musée Haut, Musée Bas
Un mari inspiré par le sexe des statues d’un musée. Dialogue avec sa femme.

ZesteHumour.2.x350.

– LE GUICHET
de Jean-Michel Ribes
Extrait de Musée haut, musée bas
Au guichet d’un musée, difficile communication entre l’employé et une visiteuse.

– VOIX ANONYME
de Mireille Roux-Faure
Une femme aux prises avec un répondeur numérique pour tenter de joindre son mari.

– BRONCHES
de Jean-Michel Ribes
Extrait de Petit Théâtre sans animaux
Un mari ne peut se passer de sa perruque.

ZesteHumour.4.x350.

– MARCHE COMMUN
de Jean-Michel Ribes
Extrait de Monologues, Bilogues, Trilogues
Au sortir d’un repas à Bruxelles,  un ministre mélange, dans sa conférence de presse, Dossiers du jour et Menu du jour.

– ULTIME BATAILLE
de Jean-Michel Ribes
Extrait de Monologues, Bilogues, Trilogues.
Une femme se sépare sereinement de son mari. Lui est accroché, pendu par les mains, au bord de son balcon.

SONY DSC

– ÇA  FAIT  PEUR,  NON ?
de Jean-Michel Ribes.
Extrait de Monologues, bilogues…
Un texte qui décrit la paranoïa sécuritaire d’un homme anxieux.
« Tenez, encore. mardi. En partant au travail. J’ai vu un carton accroché dans le hall où il était écrit :
La concierge est dans l’escalier. Je vais voir. Elle n’y était pas… ça fait peur, non ? »

.

Spectacle adapté au théâtre à domicile, aux lieux inhabituels pour le théâtre. Contact Rouge banane 06 70 60 25 29

Production  Rouge banane 

Avec la participation de Croq Sésame Compagnie

.

Publié dans Actualités, Artissimo, Billets d'humeur, Diablogues, Humour

Billet d’humeur. Roland Dubillard. Un auteur loin d’être absurde. Les Diablogues

Les Diablogues-Guy Dieppedalle et Luciano De Francesco-Photo Yannick Perrin

Billet d’humeur.

Vous avez dit absurde ? Dubillard ?

Dubillard. Absurde, oui. Peut-être. A la première lecture. A la première audition. Mais ouvrons le livre Les Diablogues, par exemple. Certains textes percutent. Posent questions. Interrogent le spectateur.
Le texte « Les voisins ». Deux personnes observent des voisins par le trou du mur d’un appartement. Voyeurs. Ils aperçoivent une réalité déformée. Une part du réel. Etrange. Drôle. Mais loin d’être absurde. Nous touchons à cette impossibilité parfois que nous avons de communiquer avec nos voisins proches. D’aller les voir. Leur parler. Leur sourire. Mieux appréhender leur fonctionnement. Leur culture. En fait, nos voisins, ce sont des étrangers. Etrangers à notre vie. On les observe par une faille du mur. De leur vie, on n’en voit qu’une partie. Alors notre esprit s’évade et part dans l’imaginaire. Et touche peut-être les limites de l’absurde. Mais l’absurdité vient de nous-même. De nos fantasmes. De notre peur de la différence. Ainsi naît la crainte. La méfiance. Le rejet de celle ou celui qui n’est pas comme nous.
Autre texte qui questionne légèrement. « La pluie ». Nous avons toutes et tous nos phobies. Ne pas vouloir sortir sous la pluie en est une. De fil en aiguille, de question en question, Dubillard entraîne ses personnages dans l’absurdité de la phobie. Il nous montre que, derrière une peur, peut se cacher autre chose. Plus profond.  Plus subtil. L’un des personnages de Dubillard s’aperçoit alors que, derrière sa crainte de la pluie, se cache celle de la police. Etrange, non… ? Mais pas si absurde que cela.
Quant à Monstres sacrés. « Dans Bérénice, elle était extraordinaire ! »… Il s’agit d’une critique toujours d’actualité. Une caricature de ces « spécialistes » de la Culture. Dont les propos excessifs vous idolâtrent une star. Lui passent de la pommade sur le visage. Au point d’en devenir burlesques.

Guy Dieppedalle
Architecte de mots éphémères

Voir notre page spéciale et complète sur Les Diablogues
Voir l’Agenda

.

Publié dans Actualités, Artissimo, Billets d'humeur, Diablogues, Humour, Partenaires

Les Diablogues, de Roland Dubillard. Artissimo Annecy fédère 4 compagnies

Artissimo-Les Diablogues-Article 4 compagnies-10 18
Les Diablogues 2018-Photo Yannick Perrin

Billet d’humeur

Quatre compagnies dans le vent de l’humour en absurdie

Artissimo Annecy a créé, en janvier 2018, un spectacle « Les Diablogues » de Roland Dubillard. Un auteur original à la croisée des chemins de l’absurde, de l’humour et du déjanté. Qui n’hésite pas lever le voile sur les travers absurdes de notre société. Une influence de Ionesco. Un zeste de Beckett. Quelques bribes de répliques à la Raymond Devos.

Cet auteur est relativement peu interprété chez les comédiens amateurs, excepté en ateliers. Artissimo a souhaité présenter un auteur original à son public. Mais, au-delà de cette démarche artistique, Artissimo a voulu créer un dynamisme humain et collectif. Cette association a su fédérer d’autres associations autour de ce projet. D’autres ressources. D’autres potentiels. Rouge banane Théâtre, de Grenoble, apporte son savoir-faire, sa spécificité : sa technique Lumières.  L’Orgues à Elles d’Annecy apporte un instrument original, un orgue de Barbarie, sa musique et la voix magnifique de sa chanteuse. L’un des comédiens est issu de Croq Sésame Compagnie, Aix-les-Bains. L’autre de la compagnie Caf’thé, Annecy. Quant à L’Auditorium de Seynod, il offre sa salle de spectacles. Une démarche de mise en réseau, de construction de liens qui permet au théâtre amateur de renforcer son poids humain. D’élargir son rayon d’action et ses capacités. De tracer sur les planches de la scène, quelques mots d’amitié, d’humour et d’amour. Pour le plaisir du public.

Guy Dieppedalle
Architecte de mots éphémères

Documentation complémentaire

Voir la page complète sur ce spectacle.   Voir l’agenda.

Les Diablogues.  Guy, Cécile, Luciano.  Photo Yannick Perrin

 

.