Roland Dubillard. Un auteur loin d’être absurde

Les Diablogues-Guy Dieppedalle et Luciano De Francesco-Photo Yannick Perrin

Billet d’humeur

Aburde. Vous avez dit absurde ? Dubillard ?

Dubillard. Absurde, oui. Peut-être. A la première lecture. A la première audition. Mais ouvrons le livre Les Diablogues, par exemple. Certains textes percutent. Posent questions. Interrogent le spectateur.
Le texte « Les voisins ». Deux personnes observent des voisins par le trou du mur d’un appartement. Voyeurs. Ils aperçoivent une réalité déformée. Une part du réel. Etrange. Drôle. Mais loin d’être absurde. Nous touchons à cette impossibilité parfois que nous avons de communiquer avec nos voisins proches. D’aller les voir. Leur parler. Leur sourire. Mieux appréhender leur fonctionnement. Leur culture. En fait, nos voisins, ce sont des étrangers. Etrangers à notre vie. On les observe par une faille du mur. De leur vie, on n’en voit qu’une partie. Alors notre esprit s’évade et part dans l’imaginaire. Et touche peut-être les limites de l’absurde. Mais l’absurdité vient de nous-même. De nos fantasmes. De notre peur de la différence. Ainsi naît la crainte. La méfiance. Le rejet de celle ou celui qui n’est pas comme nous.
Autre texte qui questionne légèrement. « La pluie ». Nous avons toutes et tous nos phobies. Ne pas vouloir sortir sous la pluie en est une. De fil en aiguille, de question en question, Dubillard entraîne ses personnages dans l’absurdité de la phobie. Il nous montre que, derrière une peur, peut se cacher autre chose. Plus profond.  Plus subtil. L’un des personnages de Dubillard s’aperçoit alors que, derrière sa crainte de la pluie, se cache celle de la police. Etrange, non… ? Mais pas si absurde que cela.
Quant à Monstres sacrés. Il s’agit d’une critique toujours d’actualité. Une caricature de ces « spécialistes » de la Culture. Dont les propose excessifs vous idôlatrent une star. Au point d’en devenir burlesques, voire absurde.

Guy Dieppedalle
Architecte de mots éphémères

Voir notre page spéciale et complète sur Les Diablogues

Les Diablogues. Dimanche 14 janvier, à 17.30. L’Auditorium de Seynod (74) près d’Annecy.

Spectacle sélectionné au festival « L’Humour en poche 2018 », Villers-lès-Nancy

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s