Il ne savait plus comment lui dire « je t’aime »

Yan et la rose des sables, au Festival de Rumilly 2017
Radiographie du spectacle
Par un jury de lycéennes et lycéen. Que nous remercions.

Rédacteurs
Mathilda, Axelle, Maëllys, Livia et Rémi.
Elèves de terminale L et membres de l’Atelier théâtre du lycée Demotz de la Salle, à Rumilly (74). Atelier animé par leur enseignante Caroline Bartiaux.

Synthèse. Il ne savait plus comment lui dire « Je t’aime »

Un conte grave, émouvant et poétique servi par un duo complice. Yan prend vie dans les bras et les voix de ses deux conteurs-magiciens. On s’embarque contre vents et marée à la quête de l’île aux méduses pour qu’un enfant retrouve un père qui ne savait plus comment lui dire « je t’aime ».

Une invite à l’imaginaire

– Une voix ensorcelante
Une conteuse à la voix ensorcelante qui se meut avec grâce et incarne tour à tour tendresse et enthousiasme sur scène.

– Une tranche de vie. Apre et douce. Comme l’eau de mer
Un comédien qui joue Yann et son père modulant tour à tour une grande douceur et une fermeté désarmante.
Les tons sont justes et au service d’une tranche de vie âpre et douce comme de l’eau de mer.

– Une invite à l’imaginaire
Une mise en scène pleine de surprises : on aime les marionnettes qui apparaissent sous la table, les jeux de lumières sur écran, les déguisements inattendus ou la voile qui symbolise l’odyssée en mer. Tout invite à développer l’imaginaire de l’enfant comme de l’adulte.

Réactions du jeune public

Regards d’enfants-Festival Rumilly-Oct 2017
Regards d’enfants-Festival de Rumilly-Oct 2017
Regards d’enfants-Festival de Rumilly-Oct 2017

Réaction du public adulte

J’adore la marionnette de Yan. On a envie de la prendre dans ses bras. De la câliner. De lui parler. Elle est très expressive et attachante.
Marie-Geneviève

C’est beau. Touchant. Emouvant. J’ai tout de suite été prise par ce voyage initiatique.
Claire

La lettre du papa de Yan, à la fin, m’a beaucoup ému. Belle histoire.
Jean

J’ai trouvé géniale la mise en scène en trois dimensions. On retrouve un même personnage en comédien, en marionnette et en figurine. On change d’univers. De regard sur l’histoire.
Emilie

Très beau texte. Philosophique agrémentée d’une touche de poésie.  Et puis le rythme soutenu des deux comédiens nous embarque vite à bord de ce voyage.
Véronique

De nombreux symboles apparaissent dans cette histoire. Les relations parents-enfants, la question de la monoparentalité, la résilience, notre quête d’amour. Et une fin positive.
Noémie

C’est profond.
Florence

Bernard Faure et Yan, la marionnette dont il est le créateur.

.

Page consacrée au spectacle Yan et la rose des sables
Site des Gars de la rampe, organisateurs du festival de Rumilly 2017

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s