Dire les phrases, prononcer les mots… Selon Louis Jouvet

« Dire les phrases, prononcer les mots, les rendre sonores par l’exercice des lèvres, de la gorge et du larynx, de la raquette de la langue qui vanne les paroles, les dégeler de leur gangue imprimée par la chaleur des sentiments, les faire entendre (les jeter aux échos), leur faire faire écho dans la salle et la mémoire (la masse sensible) des spectateurs, créer ainsi les mots, articuler, entrechoquer les sons, donner leur sens aux répliques en les échangeant, il faut que ce tumulte ordonné, ce feu d’artifice (des syllabes) de cette mécanique des mots se fasse pour que l’œuvre naisse, prenne corps, pour qu’elle existe. C’est par la profération seule que l’action nait, que l’œuvre commence à vivre physiquement pour les acteurs et par le spectateur. L’acteur mâche les phrases et les incorpore à ses sentiments par cet exercice physique, par cette fécondation, artificielle peut-être, mais nécessaire pour que la pièce passe à la vie, qu’elle quitte l’état larvaire de l’impression, l’état embryonnaire des gestes, où elle se trouve sur le papier. »

Louis Jouvet, in Le Comédien désincarné.

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s